Rechercher

Mon 12ème roman : le choix du titre



Ce n'est un secret personne... du moins pour celles et ceux qui me lisent, mes titres proviennent à 98 % d'une phrase tirée du roman concerné, et "C'est la pluie qui fait grandir les fleurs" ne fait pas exception.

Pour autant, cette phrase a une origine et, dans ce cas précis, elle est tirée d'une citation dont j'ai découvert l'entièreté (merci, Chrissie 😘) bien après avoir arrêté mon choix. Je l'ai gardée ainsi coupée, car je tenais à conserver l'idée de résilience.


La citation complète est la suivante :

"Élève tes mots, pas ta voix, c'est la pluie qui fait grandir les fleurs, pas le tonnerre."

Elle apparaît d'ailleurs en intégralité dans mon roman, à un moment bien particulier.😜

Elle est de Djalâl ad-Dîn Rûmi, un poète persan.


Dans mon roman, c'est une phrase fétiche de l'un de mes personnages. Un personnage qui n'est plus de ce monde, mais qui a une réelle importance dans cette histoire, vous le découvrirez bientôt.


Pourquoi vouloir conserver une idée de résilience ? Dans la majorité de mes romans, ce thème est très important. Mes personnages vivent des épreuves qui les rendent plus forts et leur permettent de... GRANDIR. Il y a des évènements de l'existence contre lesquels on ne peut rien, qu'on vit souvent comme des injustices, dont on pense qu'on ne se relèvera pas et puis... finalement on trouve les ressources pour repartir et vivre, au lieu de survivre.


Je l'ai dit dans mon précédent article, dans ce nouveau roman, des vies vont être bouleversées. Un de mes personnages va devoir prendre certaines décisions et envisager d'opérer des changements dans son existence. Le fera-t-il ?


C'est une question à laquelle vous aurez la réponse en lisant cette toute nouvelle histoire. Il faudra donc vous montrer patients ! 😉


En attendant, je vous annonce la prochaine étape : la découverte de la couverture, disons... dans une petite semaine ?

Merci de m'avoir lue jusqu'au bout et à bientôt !

95 vues0 commentaire